OR ET LUMIÈRES À L'OPÉRA GARNIER.

Publié le par Laurence

Dans l'ambitieux projet de politique des grands travaux de Napoléon III pour embellir Paris, la construction de l'opéra par l'architecte Garnier occupe une place centrale: dans un style neoclassique, il recevra les passionnés d'opéra et de ballets et le tout Paris impatient de se montrer aux balcons des loges prestigieuses...
Voici quelques images en noir et or de ce palais élevé à la beauté et à la quête de perfection des hommes... Un lieu à la démesure de l'opéra et de ses plus grands artistes lyriques!



En ce lieu, l'illusion est partout...

 
Le foyer des Mosaïques où l'on se retrouve pendant les entractes.


Voici l'escalier à doubles rampes qui mène à la salle de spectacle à l'italienne.
 
Au grand scandale de l'opinion publique, André Malraux demande à Marc Chagall de peindre le plafond de la grande salle en 1964 pour redonner à ce lieu son prestige passé... Cette toile sera exécutée sur un immense support tendu au-dessus de la fresque d'origine! 

Et pour finir...si nous remontions le temps pour vagabonder dans ce Paris lumière du XIXème siècle qu'a rêvé le baron Haussmann?
En sortant de cet univers de marbre, d'or et de lumière qui transcende le réel, j'ai fermé les yeux et j'ai imaginé le pas mesuré des chevaux, les sabots des multiples attelages tapant le pavé en cadence,  les premiers omnibus à impériale et le bruit sourd et feutré des étoffes des jupes des dames...

Camille Pissaro: l'avenue de l'Opéra.

Orphée aurait-il trouvé la force de sortir des enfers en écoutant ceci?



 

Publié dans Chemins de culture

Commenter cet article

Butterfly 31/01/2009 19:01

C'est un lieu enchanteur n'est ce pas ?...

nelly 27/01/2009 18:39

coucou Laurence,
en chemin, je suis passée.... merci merci pour maria Callas.... et aussi pour les citrons confits

bises Nelly