Parti pris des choses...

Publié le par Laurence

 

A mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.
Agencé de façon qu'au terme de son usage, il puisse être brisé sans effort, il ne sert pas deux fois. Ainsi dure-t-il moins encore que les denrées fondantes ou nuageuses qu'il enferme.
A tous les coins de rues qui aboutissent aux halles, il luit alors de l'éclat sans vanité du bois blanc. Tout neuf encore, et légèrement ahuri d'être dans une pose maladroite à la voirie jeté sans retour, cet objet est en somme des plus sympathiques-sur le port duquel il convient toutefois de ne s'appesantir longuement.

Le Parti pris des choses, Francis Ponge, éd Gallimard. 

Publié dans Chemins ludiques

Commenter cet article

la môme poison 23/06/2009 07:52

il se trompe, francis ponge, j'ai des souvenirs de cabanes improbables, de tours hérissées, dans des cageots assemblés par trois en attente de chargement, dans haut lesquelles nous jouions petits chez mes grands parents maraîchers ! ah ces intellectuels !

lily 06/06/2009 07:43

L'éphémère et le durable, le lourd et le léger, l'imposant et celui qu'on néglige ... Le rapprochement des contraires est enrichissant et nous montre que la vie est riche de multiples facettes. C'est très esthétique, au fond, et le texte est merveilleusement choisi. (Au début, je pensais que c'était ta plume !)

BelleSahi 04/06/2009 17:05

J'ai découvert ce receuil lors d'un stage de lecture à voix haute. Etonnant et intéressant !